Poules en folie !!!
Bonjour, bienvenue sur le forum " Poules en folie", pour pouvoir accéder a l’intégralité du forum venez nous rejoindre en vous inscrivant et en vous presentant dans la rubrique"Présentation", nous serons heureux de vous compter parmi nous!A bientôt
Carte "Poules en Folie"
Inscris-toi géographiquement !!! En cliquant ici !!!

Ceci pour savoir d’où tu es à part rapport à chez moi !!!
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 11 le Jeu 6 Juil 2017 - 19:25

L'incubation naturelle

Aller en bas

L'incubation naturelle

Message par 50ludo50 le Mer 15 Juin 2011 - 4:40

L'INCUBATION NATURELLE




L'usage de la couveuse artificielle (ou "incubateur") se répand de plus en plus. Mais bien des éleveurs usent encore de l'incubation naturelle, c'est à dire de la couvaison pure et simple par une poule de leur élevage, que ce soit une grande ou une naine.

Bien des poules de grande race sont aptes à couver des œufs de naines. Pour cela il faudra évidemment éviter les somptueuses Cochinchinoises (d'ailleurs fort rares) ou même les Orpingtons et les Sussex dont la masse risquerait d'écraser les œufs de naines, tout de même plus fragiles que les leurs. Mais dans les grandes races, plusieurs sont bien adaptées à couver de petits œufs, en choisissant parmi les races légères.

Pensez aux Phénix et aux Yokohamas qui possèdent un plumage long sur un corps léger, également à certaines souches de Gauloises et évidemment à la Nègre-soie.

Cette dernière mérite une attention spéciale. Elle est réputée "Reine des couveuses". La réalité est pire : elle demande tellement à couver qu'elle en oublie de pondre et il faut sans cesse découver les poules pour réussir à obtenir des œufs. Un avantage (un inconvénient aussi), elle demande à couver en n'importe quelle saison : décembre, janvier, mars ou août, peu lui importe; dès l'instant qu'elle a pondu une quinzaine d'œufs, il faut qu'elle couve. Cela peut être fort pratique si l'on dispose de quelques œufs à couver hors saison normale comme par exemple des œufs de palmipèdes parfois disponibles dès février.

Pour quelques œufs, inutile alors de mettre en route l'incubateur, une Nègre-soie s'en chargera. Evidemment elle peut couver ses propres œufs puisque sa ponte n'est pas plus liée aux saisons que son assiduité à couver. J'émet cependant quelques réserves quant à ses réelles et profondes qualités de couveuse; la Nègre-soie couve assidûment, c'est incontestable; mais sa conscience professionnelle m'est parfois apparue en défaut : si un œuf est écarté, elle ne pense pas toujours à le récupérer immédiatement et sa précipitation à regagner un nid la fait parfois s'installer dans un nichoir voisin, même s'il est vide d'œufs. Un bon test pour vérifier qu'une poule est une bonne couveuse : prenez un de ses œufs et déposez le à quelques centimètres devant elle; elle doit aussitôt le remettre sous elle en le tirant du bec et de la tête.

Si vous désirez utiliser une grande et volumineuse race qui vous permettra théoriquement de réussir des couvées plus nombreuses de poussins nains, mettez toutes les chances de votre côté.
Réalisez un nid relativement plat, très légèrement creusé dans le sol ou la litière et très facile d'accès, entouré d'une bonne bordure de paille.
Evitez surtout la caisse profonde dans laquelle la couveuse doit sauter depuis le haut, en risquant chaque fois d'écraser des œufs :
l'accès doit être latéral pour que la couveuse puisse se glisser doucement sur les œufs. Une simple planchette de quatre à cinq centimètres de hauteur empêchera les œufs de rouler à l'extérieur.
Evitez les nichoirs étanches et profonds où les œufs entassés comme dans un puits et recouverts d'une énorme poule couveuse ne bénéficient plus d'aucune aération.

La plupart des naines sont d'excellentes couveuses.
La Bantam de Pékin avec son plumage très abondant sur un corps léger est une des meilleures bien que l'abondance des plumes garnissant ses pattes risque de lui faire rejeter quelque œuf lorsqu'elle se déplace. Je lui préfère cependant les poules de forme plus classique mais avec plumage abondant : Yokohama, Pictave ou Naine allemande qui sont non seulement de bonnes couveuses mais aussi d'excellentes meneuses.

L'installation idéale du nichoir se fait sur un sol en terre battue, recouvert d'une mince litière.
Les œufs y sont bien aérés et bénéficient de l'humidité ambiante. Si votre installation ne s'y prête pas ou que vous préfériez faire couver dans de petits enclos ou des cases (des clapiers conviennent fort bien) n'hésitez pas à vaporiser régulièrement les œufs qui se trouvent alors sur un sol artificiel et, en général, très sec. Attention, vaporiser ne signifie pas inonder! Tenez également compte de l'humidité ambiante : par temps pluvieux, inutile de vaporiser. Vaporiser en nid artificiel est indispensable pour les œufs de faisane qui, dans la nature, sont pondus à même le sol, toujours plus ou moins humide.

Je viens de parler d'enclos ou clapier. La plupart du temps, il est absolument nécessaire d'isoler la couveuse dans un lieu calme et clos.
Si vous la laissez dans son poulailler habituel, d'autres poules viendront immanquablement pondre dans le nid. Si vous arrivez à identifier les œufs, il vous faudra chaque jour retirer les surnuméraires. En plus la présence momentanée de deux poules sur un même nid risque d'entraîner de la casse.
La casse d'un œuf dans un nid en couvaison est toujours très préjudiciable. Le contenu de l'œuf cassé se répand sur tous les œufs voisins et va, en séchant, en obturer les pores, empêchant l'embryon de respirer. Il faut prendre tous les œufs et les nettoyer soigneusement à l'eau tiède. Il faudra faire de même si, par hasard, la poule s'est "oubliée" sur ses œufs.
Pour éviter ce dernier inconvénient, est-il indispensable de "lever" la poule chaque jour? Si vous l'enfermez dans une caisse, c'est évident. Si vous la laissez couver dans son poulailler (malgré les inconvénients signalés plus haut), c'est inutile. Je préfère une solution intermédiaire : la couveuse est enfermé dans un enclos de deux mètres carrés où se trouvent abreuvoir et mangeoire et elle se débrouille. Cet enclos servira aux premières semaines d'élevage après la naissance. Vérifiez chaque jour que la poule a déposé ses excréments (profitez en pour les enlever) ce qui vous confirme qu'elle s'est levée.

Evitez de mettre trop d'œufs sous une poule en espérant obtenir une couvée plus nombreuse. Certes la nature fait des miracles mais encore faut-il ne pas trop en exiger. Une poule "normale" peut couver une douzaine de ses propres œufs au maximum. Mais certaines sont devenues "anormales" par sélection. Ainsi le plumage court et serré des combattantes leur interdit de couvrir beaucoup d'œufs. Une combattante anglaise ou indienne ne peut guère couver que six de ses propres œufs. Quand une poule "normale" couve, environ six de ses œufs sont au contact de ses plaques incubatrices (les zones de peau qui se dégarnissent de plumes lorsque la poule demande à couver), les autres étant à la périphérie, recouverts par les plumes; la poule tourne et remue ses œufs fréquemment pour les changer de place de l'extérieur vers le centre et inversement. Chez une combattante les œufs amenés à la périphérie ne peuvent être recouverts par les plumes et se refroidissent beaucoup trop.

Si vous tenez absolument à faire toujours couver sous une poule, n'hésitez pas à conserver des mères de deux ou trois ans, ayant déjà couvé ou demandé à couver. Plus les poules sont âgées, plus elles sont efficaces en couvaison : plus assidues sur le nid, sachant se lever opportunément, retournant sur le nid avec précaution et remuant bien leurs œufs.

La couvaison naturelle n'exclue pas le contrôle des œufs par mirage. Un œuf "clair" risque toujours de pourrir, parfois d'éclater. La projection du contenu pestilentiel sur les œufs voisins ne peut qu'entraîner la mort des embryons. N'hésitez pas à mirer les œufs au bout de six jours d'incubation.
Si vous préférez la couvaison "naturelle", rapprochez vous autant que possible des conditions "naturelles" : installez le nid sur la terre et ne cherchez pas à imposer à la poule plus d'œufs qu'elle n'en peut couvrir.
Jean-Claude MARTIN
© Bantam club
avatar
50ludo50
Admin
Admin

Messages : 325
Date d'inscription : 10/03/2011
Age : 34
Localisation : Sainte Cécile dans la Manche 50

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum